QUALIOPI : Les résultats de la première enquête sur le déploiement de la certification

Photo de William Fortunato provenant de Pexels

Au 1er janvier 2022, les organismes de formation réalisant des actions de développement des compétences et souhaitant être financés par des fonds publics ou mutualisés, devront être certifiés « Qualiopi » sur la base de critères définis par décret en Conseil d’État. Une enquête sur le sujet a été réalisée auprès de 71 organismes de formation et CFA, 9 organismes certificateurs et labellisateurs, et 11 financeurs. Les enseignements opérés par France Compétences à la suite de cette enquête, sont structurés autour de 3 thématiques :

L’engagement des prestataires de formation dans la démarche de certification :

A cause de la crise sanitaire, la certification a été différée par certains OF au profit de nouvelles urgences notamment l’adaptation de l’offre en distanciel. Il existe plusieurs types de prestataires engagés mais la majorité sont des organismes déjà au fait de démarches qualité.  Qualiopi comprend de nombreux enjeux économiques ; la prise de décision n’est pas évidente et est conditionnée au rapport entre le coût d’accès à la certification et le bénéfice réel que le prestataire pourra en retirer.

Plusieurs organismes enquêtés hésitent encore sur l’intérêt de candidater : s’inscrire dans des partenariats, être absorbés par une structure déjà certifiée et tout simplement renoncer à Qualiopi notamment ceux se faisant une fausse interprétation de la certification.

Les étapes structurantes de la démarche de certification :

Dans un premier temps un diagnostic est opéré sur les écarts entre les exigences du référentiel et les pratiques des organismes de formation. Cette étape requière le déploiement de moyens financiers et humains dont le recours à une prestation de conseil afin de favoriser la réussite de la démarche. Concernant le choix du certificateur, celui-ci est fait en fonction du coût et de la notoriété.

La posture des prestataires dans la démarche qualité :

Trois postures ressortent de l’enquête. Il y a les organismes voyant en Qualiopi un levier structurant leur activité, leurs exigences qualitatives et s’inscrivant dans le cadre d’un exercice collectif de conduite du changement. D’un autre côté, il y a ceux pour lesquels il ne s’agirait que d’une simple mise en « conformité passive » et « ponctuelle » ainsi qu’une finalité en soi.

Les CFA sont nombreux à vouloir respecter le référentiel tout en émettant des réserves sur certains indicateurs les interpellant.

France Compétences, malgré sa volonté de poursuivre la sensibilisation et l’accompagnement des organismes, craint que le nombre de demandes soit fortement tendu au second semestre 2021.

Références juridiques :

Laisser un commentaire