FOCUS sur le dispositif de la Pro-A : une quarantaine d’accords de branche étendus ou en examen concernant la Pro-A

Depuis la mise en place du plan de relance, d’importantes sommes sont venues conforter le budget relatif à la promotion ou reconversion par l’alternance. Cet apport financier a permis la multiplication des extensions d’accords de branche.

Pour rappel, la reconversion ou promotion par alternance (Pro-A) a pour objet de permettre au salarié de changer de métier ou de profession, ou de bénéficier d’une promotion sociale ou professionnelle par des actions de formation ou par des actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience. 

La Pro-A s’applique dès lors qu’un accord de branche a été conclu puis étendu par l’Administration. En effet, c’est un accord collectif de branche étendu qui définit la liste des certifications professionnelles éligibles au dispositif. L’extension de cet accord est subordonnée au respect des critères de forte mutation de l’activité et de risque d’obsolescence des compétences. 

A ce jour, 46 accords ont été étendus concernant notamment les branches suivantes : métallurgie ; grands magasins et magasins populaires ; vente au détail d’habillement ; bijouterie-joaillerie-orfèvrerie ; services automobiles ; services à la personne ; commerce de gros ; papiers-cartons ; textile ; transports publics ; travaux publics ; commerce succursaliste de la chaussure ; commerce non alimentaire ; librairie ; personnel des agences de voyages et de tourisme ; mutualité ; hospitalisation privée ; bureaux d’études techniques, cabinets d’ingénieurs conseil et sociétés de conseil ; etc.

Espérons que d’autres accords soient prochainement étendus, analysés ou discutés avec les branches afin de concrétiser davantage ce dispositif, existant depuis la loi du 5 septembre 2018.

Références juridiques :

Laisser un commentaire